Bienvenue sur Terre !

La curiosité n’excuse pas l’indiscrétion !

Des jumeaux ! C’est mignon, étrange et terrifiant à la fois. Pour les futurs parents mais encore plus pour ceux qui n’en côtoient pas. La caissière du supermarché, le monsieur qui attend son bus, la collègue de votre homme, le boulanger qui vous voit débarquer avec votre poussette double… tous sont irrémédiablement attirés par les deux petites têtes (blondes) que vous transbahutez tant bien que mal.

Et tous n’ont qu’une question en tête ! Vous l’avez peut-être déjà trouvée, peut-être même déjà posée…

Cette question qui s’immisce dans votre vie intime, l’air de rien. Tous les parents de jumeaux ont vécu cette situation au moins une fois, et ils vont être de plus en plus nombreux. En effet, en 20 ans (de 1994 à 2014), le nombre de jumeaux a augmenté de 41%. Et ouais ! En plus de l’hérédité, deux raisons à cela : l’âge de plus en plus avancé des femmes lors de leur première grossesse et l’augmentation de la procréation médicalement assistée.

Ça y est ? Vous avez trouvé ?

 » Mais vous avez des jumeaux dans votre famille ? « . Cette question paraît anodine mais elle ne l’est pas. Surtout, si vous devez répondre « Non, ce sont les premiers« , d’un air un peu gêné.

Parce que si la réponse est non, et que la personne en face de vous a la décence (mais ce n’est pas toujours le cas) de s’arrêter là, elle sait quand même. Même si c’est faux. Pour elle, il est évident que vous êtes passé par la procréation médicalement assistée.

Et bien sûr, il y a ceux qui ne peuvent s’empêcher de poser la question suivante « Mais c’est arrivé naturellement ? » ou encore plus direct : « Vous avez fait une FIV ?« . Alors, soyons bien clair. Il ne me semble pas que lorsqu’un couple attend un enfant, ou arrive chez le boulanger avec une poussette simple, on lui demande « Vous l’avez fait dans quelle position ?« . Parce que ce serait intéressant finalement de faire une étude pour savoir si telle position favorise la création de filles, ou de garçons.

En tout cas, si j’ai manqué à tous mes devoirs lorsque l’on m’a annoncé une grossesse, je ne manquerai pas de réparer cette erreur, car après tout, c’est une question tellement intéressante et si peu intrusive. Autant que de demander à une mère de jumeaux (ou plus), si elle les a conçu à l’ancienne dans un bon lit, bien douillet, ou les jambes en l’air sur un lit d’hôpital pendant que (futur) Papa est en bas avec son gobelet.

Alors, oui. Les jumeaux attirent le regard et les questions. On dit parfois que la curiosité est un vilain défaut. Et bien quand elle met mal à l’aise des parents de multiples qui ont peut-être mis des années à avoir des enfants et qu’on leur demande d’exposer ça en public, je trouve ce dicton tout à fait justifié.

Curieux, oui ! Indiscret, non merci.

Pour ceux qui auraient déjà posé la question. Ne vous en faites pas, on ne vous en veut pas. Par contre, je veux tout savoir de cette nuit où ce petit loup a été procréé. 🙂

La curiosité n'autorise pas l'indiscrétion

Sources des chiffres : http://www.jumeaux-et-plus.fr/coin-lecture/statistiques/

1 réflexion au sujet de “La curiosité n’excuse pas l’indiscrétion !”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s